Nouvelles de la tauromachie : Borja Jiménez et Pepe Moral se coupent une oreille à Soria

Une corrida d'Adolfo Martín a clôturé la Feria de Soria 2015. Sur l'affiche, Pepe Moral, Juan del Álamo et Borja Jiménez ont fait la promenade dans la ville castillane à sept heures.

Le premier Adolfo avait plus un front qu'un profil, court, ramassé et avec son petit nez qui s'enfonçait dans le court trajet dans lequel il revenait aux mains, obligeant Pepe Moral à perdre des pas dans les véroniques de salutation. Un simple coup de bec a reçu un animal sans livraison qui a mesuré l'albero dans le quitar veroniquero arraché d'une morale établie. Le Sévillan, bientôt installé à droite et bientôt le soufflet s'est enfui d'un animal qui chargeait obéissant à tout contact mais sans grâce ni course à couvrir. Peu de soins moraux, qui ont tracé et tempéré comment il l'avait dans la tête, avec le poignet lâche, le long vol et la plante sereine à la recherche de l'excellence qui lui permettait rarement d'atteindre l'Adolfo. Lorsqu'il a ralenti, il a mené la corrida de la main droite jusqu'à l'assaut du cardinal, qui a supporté l'attaque avec courage et détermination. La poussée arrière et la première oreille qui s'est envolée vers sa poupe étaient même attachées aux rubans.

On a applaudi au départ le tirage du second, ouvert à la pelle et à la corne d'abondance, qui avait plus de fixité dans le bavoir que dans la percale de Juan Del Alamo, toujours dévêtu. Le taureau a été blessé par les banderilles, mais il s'est déplacé dans le bon combat de Rafa González et s'est occupé du chiffon dans le début ajusté de Juan. Il était difficile pour le charro de prendre le pouls de l'animal, mais il a fini par le mettre dans sa main droite par la force de la foi et du calme, confiant dans le passage d'un taureau qui commençait toujours avec le visage entre les mains et finissait par le tuer d'un coup bas qui le privait de tout prix.

Le troisième, dont la pointe des pythons regardait le cordier, était mobile et gourmand dans le salut humilié à Veronica de. Borja Jiménez, s'adapte et se réveille pour expédier les pythons. Mais dès le début, il a commencé à regarder le cardinal, qui mesurait, marquait, regardait et cherchait la poitrine dans chaque plumage alors que Borja essayait de surmonter la position du public au nom du taureau. L'expérience avec son premier Adolfo en tant que matador n'a pas été bonne. Silence.

La salle ne donnait pas de répit à la répétition dans la cape, et là Pepe Moral l'attendait avec le vol presto pour souffler cinq véroniques et demie, dont une d'authentique affiche. On applaudit les coups de bec sur les bâtons dans lesquels le taureau se laisse frapper pendant que le picador lève son bâton. Bientôt, le Sévillan chercha sa main gauche pour avaler très pur un taureau qui arriva avec un visage lâche, s'arrêta à mi-chemin et se remit facilement. Il a dû s'imposer et la morale a prévalu pour composer chaque naturel et presser la main droite qui n'a jamais pris le cardinal franchement. Même de belles béquilles d'usine sont arrivées avec la main gauche et un coup de poignard très arrière qui a ébloui la représentation. Ovation après avertissement.

Avec beaucoup de verve mais peu de rythme, la cinquième a laissé derrière elle le cap du Del Álamo. Un taureau longiligne, échassier et filiforme, auquel Oscar Bernal a laissé un puyazo précis. Avec la béquille, Juan n'a pas fini de trouver un moyen pour que l'animal ait la volonté de charger. Il changea de terrain et essaya de le provoquer avec sa chaussure, mais il était difficile pour le taureau de suivre le chiffon qu'il lui offrait toujours gentiment jusqu'à ce que l'attaque se termine par le cardinal à l'aplomb et sans éclat. Porfión el charro, marchait avec plus de patience que de brio alors qu'il était réprimandé par une partie de la tribune, par Adolfo pour être celui d'Adolfo ou pour être gris, il n'y a pas d'autre explication. Il l'a tué d'un coup sec et a entendu le silence.
Inachevé, Borja a dû laisser le salut à la Veronica au sixième, également applaudi par le cornipaso, qui a perdu au quatrième le démarrage initial. Il est arrivé en poussant la bavette, mais s'est aussi vite lassé de la bagarre. Largo l'a mis dans un second match pour commencer sans se battre avec la livraison. Avec la béquille, Borja n'a pas eu confiance dès le début dans le bouledogue, qui passait prudemment devant le python gauche et quand il prenait le droit, il avait plus de place avec la pilule et la fente anodine. C'est là que l'attitude a changé et qu'est arrivée la chaude corrida d'où l'animal est sorti avec son visage naturel. Mais le torero blond a serré les dents pour surmonter le repositionnement et serrer la dent pour dessiner avec de la dentelle. La fente pour couper une des oreilles d'Adolfo a été sensationnelle.

 

CARTE DE PARTIE

Les arènes de Soria. Le dernier de la foire. La tauromachie. Une demi-entrée. 

Six taureaux d'Adolfo Martin, épais et fades le premier, humiliés mais chers et à l'intérieur le second exigeant, mesureur, voyeur, gazapon et mauvais le troisième, de demi humiliation mais obéissant au toucher le quatrième boulon, terne et à l'aplomb le cinquième , de noblesse terne et de repositionnement constant le sixième.

Pepe Moral, bouteille verte et or, oreille et ovation. 

Juan del Alamo, bois de rose et or, silence et tranquillité. 

Borja Jimenez, blanc et or, silence et oreille. 

Source : Cultoro

Sans titre1

 

 

Bannière Olimpia Winery

 

Torero et expert en tauromachie Blogueuse et passionnée par le monde de la tauromachie. Je partage mon expérience de torero dans trajesdeluces.com et dans le blog detorero.com .

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Articles connexes

Haut de page
Chat ouvert